Doc Return ( Chroniques Archéoludiques )

Doc Return (  Chroniques Archéoludiques  )

GENERATION AMIGA [ 1992| D/Generation ]

Dans le futur en 2021 les livreurs et ben ils se déplaceront en jetpack, enfin ça c’était la vision un brin cyberpunk de Robert Cook quand il a sorti son jeu en 1993. Ce développeur a commencé à programmer pour Broderbund sur Apple II avec le super puzzle game Gumball dont j’ai déjà parlé dans une ancienne vidéo, il a aussi travaillé avec Jordan Mechner en tant que modèle pour le jeu Karateka dont il s’est surtout occupé du portage sur C64, il a filmé les plans destiné au rotoscoping de Prince of Persia, et il a aussi travaillé sur le jeu “The Last Express”, de nos jours c’est le cofondateur de la société Metaweb revendu depuis à Google mais de ça on s’en fout en fait, et pour finir depuis 2017 ce n’est plus un développeur mais une développeuse et il ne s’appelle plus Robert Cook mais Veda Hlubinka-Cook mais de ça aussi on s’en fout en fait, par contre c’est quoi D/Generation ?

 

71450-d-generation-amiga-front-cover.jpg

Dans ce jeu notre héros est livreur et il atterrit au 80ème étage d’une tour pour y livrer un colis destiné au Directeur Scientifique Jean Paul Derrida, un membre important de la société Genoq spécialisé dans la recherche génétique militaire. Oui mais voilà l’entreprise est un peu sans dessus dessous, tous les systèmes de sécurités se sont retournés contre les employés, on est sans nouvelle de Derrida depuis 1 heure et comme un malheur n’arrive jamais seul, les spécimens issues des recherche de Genoq se sont échappés par les conduites d’aération et tuent toutes les personnes qu’elles rencontrent. La première employée que vous croiserez vous explique que le paquet en votre possession doit être remis au Directeur Scientifique et que cela devrait l’aider à remettre de l’ordre dans la tour, donc atteignez le laboratoire au 90ème étage, donnez le colis et signez ce foutu bon de livraison.

 

D/Generation est un jeu d’action réflexion isométrique comme on en faisait des tonnes sur C64 et autre Zx Spectrum, on peut même dire qu’il est l’un des meilleurs du genre. Très vite vous trouvez un pistolet laser et il va beaucoup vous aider pour faire le ménage, mais aussi pour vos méninges, puisqu’il va permettre de résoudre plein de casse-têtes.

Quand vous arrivez dans une pièce, fermez en priorité les bouches de ventilations en passant dessus, éliminez les menaces et amenez les employés prostrés vers la flèche d’évacuation.

Même si le côté action est excellent, l’aspect le plus intéressant c’est quand même la composante puzzle game, vous allez devoir jouer avec des interrupteurs pour ouvrir et fermer des portes, utilisez des téléporteurs, mettre hors service des dispositifs mortelles, des barrières de plasma et autres dalles électriques, bien sûr à vous de trouver les clefs de sécurité et de sauver un paquet de monde.

Certains employés détiennent d’ailleurs des infos vitales comme des mots de passes, d’autres des items d’assistance comme le bouclier par exemple et c’est grâce à eux que vous en apprendrez plus sur l’intrigue avec son lot de rebondissements qui va avec, mais surtout chaque vie sauvée équivaut à une vie supplémentaire et comme on est dans un trial and error et que vous commencez avec seulement 5 vies, ce sera pas du luxe.

N’oubliez surtout pas de ramasser les boîtes contenant des grenades et des freezer de temps, et donc évitez de tirer dessus sous peine de perdre le précieux item, on peut aussi utiliser des bombes pour détruire des portes sans trouver la clef de sécurité correspondante et ainsi gagner de précieuses minutes, parce qu’en plus vers la fin comme si ça ne suffisait pas, le temps vous sera compté.

Les 10 niveaux que comptent le jeu peuvent se traverser en moins d’une heure mais ça ce ne sera sûrement pas possible à votre première tentative, comptez quelques belles soirées en perspective pour en venir à bout.



Graphiquement j’adore, les animations sont pas mal et ce sont surtout les différentes morts qui mettent de l’ambiance, la tension est palpable surtout que le troisième ennemi saura vous donner des sueurs froides, soyez en sûr, en fait vous risquez de sursauter à votre première rencontre, j’en dis pas plus mais c’est l’effet que ça m’a fait. j’ai joué sur la version ECS, la version AGA en est très proche sauf au niveau sonore ou c’est un tout petit cran au dessus. Préférez tout de même la version CD32 qui gère les 6 boutons, c’est toujours plus agréable de lancer les grenades avec la manette plutôt que de jongler avec le clavier quand on est sensé réagir au quart de tour.

 

De mon point de vue D/Generation est un des meilleurs jeux jamais conçu sur ordinateurs 16/32 bits, et Mindscape aurait franchement dû le sortir sur console et au minimum sur megadrive, il était taillé pour ce marché, c’est incompréhensible. En tout cas ce qui est sûr c’est que D/Generation c’est le genre de jeu qui ne prend pas une ride, j’en veux pour preuve qu’un remake HD est sorti en 2015 et même une suite non officiel du nom de Re/Generation en 2004, c’est donc bien que le concept du jeu est génial, sauf que ces versions perdant l’aspect pixel art en deviennent graphiquement insipides et dénuées de direction artistique, donc selon moi rien ne vaut l’original. Et c’est sur ces bonnes paroles que je vous dis à très bientôt pour une nouvelle chronique sur un jeu encore une fois vaudra la peine d’être relancé, enfin je l’espère, à moins que je sois complètement à côté de la plaque, et pour ceux qui voudrait un indice, le héros dispose aussi d’un jet pack, allez j’en ai déjà trop dit ciao ciao...

 

 



29/11/2017
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres