Doc Return ( Chroniques Archéoludiques )

Doc Return (  Chroniques Archéoludiques  )

Parlons un peu d'ORIC...

Oric Products International voit le jour en 1982 mais cette société britannique est en fait le prolongement d'une autre boîte apparue quant à elle en 1979 et qui se nommait Tangerine Computer Systems, c'est une époque aux tendances fruitées puisque Tangerine veut dire Mandarine. Ses fondateurs, le Dr Paul Johnson et Barry Muncaster espéraient peut être connaitre le même succès que la firme à la pomme, qui sait !?

 

images.jpgpaul johnson.jpg

Barry Muncaster et le Dr Paul Johnson


Ses deux ingénieurs se spécialisent dans la fabrication de calculateurs en kit, leur première création le VDU TAN1648, un Visual Display Unit donc va connaitre un certain succès d'estime dans la presse spécialisée, Tangerine va ensuite concevoir un des premiers ordinateurs toujours en kit mais à base de 6502, le Microtan 65 qui, grâce à son microprocesseur évitait entre autre d'avoir du scintillement à l'écran, il était aussi apprécié grâce à son adaptateur télétext le Tantel Prestel Adaptor, ce dernier faisait donc office de modem pouvant atteindre 1200 bauds et qui était commercialisé par sa filiale Tandata Marketing, le service Prestel était en quelque sorte l'équivalent british de notre bon vieux minitel.

 

microtan.jpgoric_10 microtan 65.jpg

 

 

Alors c'est dans le courant de l'été 1981 que Paul Kaufman intègre la société et devient peu après le rédacteur en chef du magazine Tansoft Gazette, c'est lui aussi qui élabore les plans du Microtan 2 rebaptisé le Tangerine Tiger, un ordinateur de bureau qui aurait été pourvu d'un z80, d'un 6809 et d'un processeur graphique, le projet sera cédé à une société du nom de H.H. Electronics et ne verra finalement jamais le jour.

 

tiger.jpg

 

Le Microtan 2 devait aussi proposer une fonction Prestel, on peut considérer cet ordinateur mort né comme une ébauche du micro dont on va parler dans cette épisode. Au passage Tangerine se sépare de sa filiale Tandata Prestel début 82 mais se dote d'une division logiciel du nom de Tansoft dont on entendra souvent parler au sujet des jeux de la gamme ORIC.

 

image012.jpg

 

Telle une hydre, Tangerine fonde en avril 82 une nouvelle société à laquelle elle apportera son savoir faire dans le domaine de la R&D alors qu'elle cessera quant à elle toute commercialisation, et la nouvelle société n'est autre qu'Oric Products International.

 

john_tullis_pocw_1983_10_13-m.jpg

 

John Tullis ( ex consultant chez Tangerine )

 

Parmi ses dirigeants on retrouve les membres fondateurs de Tangerine, ainsi que trois autres personnes, le DG John Tullis par qui le financement est rendu possible grâce à son ami David Wickens PDG de British Car Auctions , Ted Plumridge en tant que Directeur Financier et le grandiloquent Directeur Commercial Peter Hardling à l'origine de la phrase culte : "Nous allons battre Sinclair en offrant beaucoup plus pour beaucoup moins cher", c'est pas la seule phrase qu'il est dit mais c'est surtout la moins irréaliste .

 

tullis.jpg

 

 

Paul Kaufman quant à lui récupère la Direction Générale de Tansoft qui devient une société à part entière. Dès le début John Tullis décide de concevoir un produit destiné au marché de la micro familiale avec comme objectif de concurrencer le zx81, et le moins que l'on puisse dire c'est que le résultat est bien supérieur aux attentes initiales voir même équivalente au futur appareil de Sinclair et je veux parler bien sûr du Spectrum .

 

image010.jpg

 

L'ORIC-1 fut annoncé en aout 1982 et officiellement commercialisé le 27 janvier 1983, je passerai sur les détails d’approvisionnement rocambolesques habituel de l'époque aux Royaumes Unis avec son lot de mécontentements et de mauvaise réputation dont toute société digne de ce nom se passerait bien, bref parlons donc plutôt des entrailles de la bête. 

 

e06bea50e12ab7fa2d3b5e5f645096bc.jpg

 

L'ORIC-1 est architecturé autour d'un 6502A capable d'allez à 2Mhz mais qui est ici bridé à 1Mhz, il est fourni avec 16ko de ROM avec en son sein un BASIC étendu estampillé Microsoft ideal pour découvrir les joies de la programmation pour pas chère, il est bien sûr possible de coder aussi en Assembleur ou en Forth. Au départ les premiers appareils n'offrent que 16ko de mémoire vive, mais une version à 48k va rapidement voir le jour proposant d'ailleurs un excellent rapport qualité/prix . Mais ce qui rend l'ORIC-1 unique c'est vraiment son composant ULA (Universal Array Logic) tout d'abord son intégration permet de baisser les coûts de productions puisque rempli avantageusement plusieurs fonctions, déjà en proposant un affichage compatible avec le videotex pour l'utilisation futur d'un modem et en règle général pour la gestion de l'affichage, mais aussi pour celle de la mémoire dynamique ainsi que des bus d'entrée/sortie .

 

oric_11.jpg


L'ORIC-1 dispose d'un mode texte en 40x28 et surtout de deux autres modes, un LO-RES semi graphique et un Hi Res en 240x200 en 8 couleurs, et même si la machine ne dispose pas de sprites, les caractères en 8x8 permettent d'obtenir de beaux résultats. Côté sons c'est pas mal non plus grâce à la puce AY-3-8912 doté de 3 voix et d'1 générateur de bruit blanc le tout servi par un haut parleur intégré, il est possible de brancher la bête sur une chaîne HI-FI ce qui apporte une tout autre qualité d'écoute. Le clavier sur pivot même s'il propose 57 touches en caoutchouc de calculatrice reste tout de même de très bonne facture comparé à la concurrence, on a même droit à un petit son de frappe désactivable lorsque l'on pianote dessus. On peut brancher l'ordinateur sur des TV UHF/SECAM mais surtout on peut utiliser le connecteur péritel fonctionnant avec un transformateur d'appoint et ainsi profiter d'une bien meilleur qualité d'image qu'en UHF . Un connecteur d'imprimante à la norme CENTRONICS permet d'utiliser toutes celles du commerces étant compatibles et on dispose d'une prise DIN pour le lecteur de cassettes qui propose une vitesse lente et fiable à 300 bauds et une à 2400 bauds apparemment plus capricieuse, encore faut il faire les bons réglages et utiliser un magnétophone mono de bonne qualité, il y a même un connecteur d'extension pour brancher un futur contrôleur de disque, un joystick ou une carte d’extension, mais trêve de bavardage il est temps de se pencher sur ce qui nous intéresse vraiment, ma sélection des jeux qui méritent le détour pour cette première année d'exploitation, il y a de grands classique dont je ferai l'impasse comme The Hobbit et une foultitude de jeu d'aventure textuel ressemblant plus à du traitement de texte qu'à autre chose, j'évite aussi les jeux de stratégie au tour par tour et la plupart des RPG, oui je vais me concentrer résolument sur des jeux susceptibles de vous amuser encore aujourd'hui, je vous donne rendez vous dans le prochain "A la Recherche du Ludum Perdu" Spécial ORIC-1 [ 1983 ], et vous savez quoi il arrive avant la fin de la semaine ;)



12/10/2016
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres